Depuis 2008, on observe une érosion de la consommation des produits frais au profit d’autres produits comme les fruits et légumes transformés (plus de compotes, de légumes surgelés…) ou les féculents (pâtes, riz…). Les fruits et légumes frais sont particulièrement concernés par cette diminution continue de la consommation des produits frais qui peut s’expliquer par plusieurs facteurs : évolutions des pratiques alimentaires, nouveaux modes de consommation et diminution du temps de préparation des repas.

Les fruits et légumes souffrent également d’une image erronée liée à la perception de produits chers, à laquelle s’ajoute la perte de repères saisonniers.

En 2013 : 164 kg par an / par ménage soit -5kg depuis 2009

En 2013, les achats de fruits et légumes frais par ménage sont estimés à 164 kg par an, soit une perte de 5 kg depuis 2009. La baisse de la consommation de fruits et légumes frais est estimée en moyenne à -0,5% par an depuis 2008.

On constate par ailleurs un effet générationnel négatif. Ainsi, les 20-30 ans mangent 8 fois moins de fruits et légumes que leurs parents au même âge.

Les contraintes de la vie moderne sont également avancées pour expliquer le déficit de consommation de fruits et légumes frais. Les jeunes, qui ont moins l’habitude de cuisiner que leurs aînés, privilégient le prêt-à-manger.

Quant aux enfants, une étude menée par Interfel révèle que 57% d’entre eux ne suivent pas les recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS) et mangent moins de 5 fruits et légumes par jour, alors que 84% pensent que « c’est important de manger des fruits et légumes », et 62% savent qu’il faut en manger au moins 5 par jour.

Source : Interfel / FranceAgriMer / Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt